Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juin 2014 2 10 /06 /juin /2014 18:44
Blanot a les honneurs de la presse régionale

Le Bien Public du mardi 10 décembre 2013 publie un long article de Cyrill Bignault consacré à Henri Meuneveaux, doyen des maires de Côte d'Or, maire de Blanot depuis 1959.

Vous pouvez prendre connaissance de cet entretien en cliquant sur le lien http://www.bienpublic.com/haute-cote-d-or/2013/12/10/doyen-des-maires-de-cote-d-or

Une belle occasion pour Henri Meuneveaux de présenter la commune de Blanot, la composition de sa population, les activités de la Mairie, les réalisations et les projets, ainsi que ses relations avec les autorités de l'état.

Cela mérite bien un coup de chapeau !

-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-

Blanot : Henri Meuneveaux, doyen des maires de Côte-d’Or

À 85 ans, Henri Meuneveaux est maire depuis 1965, soit 48 ans ! Il était 1er adjoint depuis 1959. Rencontre dans son petit village du canton de Liernais.

C’est une petite commune de Côte-d’Or, tout en longueur, aux limites de la Nièvre et de la Saône-et-Loire. Blanot, à 6 km de Liernais, compte 128 âmes et le même maire depuis… 48 ans : Henri Meuneveaux. C’est en 1965 que cet ancien éleveur de bovins, a été élu pour la première fois, premier édile après avoir occupé le poste de 1er adjoint depuis 1959.

Né… un 14 juillet

À 85 ans, Henri Meuneveaux est donc le doyen des maires de la Côte-d’Or et celui qui a eu le plus grand nombre d’années de mandat. Henri Meuneveaux est né… un 14 juillet. « Une date qui incite à s’engager au service de la République non ? », s’amuse-t-il, l’œil gaillard.

Il n’y a plus de commerce à Blanot, ni d’entreprise à part quatre exploitations agricoles. « Quand j’ai été élu, il y en avait une vingtaine, c’était des petites exploitations. » Il n’y avait guère plus d’habitants, environ 150, « Blanot en comptait 700 en 1900 ». Les rues n’étaient pas goudronnées et l’eau courante pas encore raccordée. Aujourd’hui, peu de jeunes s’installent. En revanche, il y a beaucoup de résidences secondaires, « 40 et 56 principales », précise le maire qui a célébré son dernier mariage il y a trois ans déjà, « un couple d’Anglais ».

Le rôle du maire ? « Dans une petite commune, il s’occupe de tout. Et doit évidemment appliquer la réglementation. » Une réglementation de plus en plus présente, voir dévorante. « Ça n’a rien à voir avec avant », précise le premier magistrat qui trouve aussi que « celle-ci se décharge de plus en plus sur les maires ». « Heureusement que j’ai une secrétaire très performante. » Il y a toujours eu une bonne ambiance au sein du conseil municipal. Henri Meuneveaux a toujours été élu avec 10 voix sur 11. On devine que celle qui manque est la sienne. Les investissements sont toujours votés à l’unanimité. « En 2012, le budget était de 110 000 euros d’investissement et de 90 000 pour le fonctionnement. De plus on a les impôts locaux les plus bas du canton » ; ils rapportent 9 000 euros de recettes. Le reste provient donc des dotations d’État et de subventions.

Henri Meuneveaux en a vu passer des préfets – « je n’ai pas compté » – et aura connu sept présidents de la République. Il a d’ailleurs eu l’occasion d’en rencontrer trois : le général de Gaulle, à Beaune, Valérie Giscard d’Estaing, à Saulieu, et François Mitterrand, quand le Nivernais est venu inaugurer le lac de Chamboux le 25 juillet 1985. La rencontre la plus marquante. « J’ai un ami qui était ami intime avec le Président. Il m’avait dit : “viens, je vais te présenter”. Je ne pensais pas, mais si, le Président m’a serré la main. »

Bâtiments communaux et salle des fêtes rénovés, deux logements sociaux aménagés, chauffage installé dans la mairie, mur du cimetière et intérieur de l’église réhabilités… marquent les derniers mandats. Le plus important chantier reste la réparation du clocher endommagé par la grêle il y a une quinzaine d’années. Prochain projet : les plaques des rues. « C’est en cours, et il y en a pour 14 000 €. C’est important car beaucoup de gens dans notre commune commandent sur Internet. Il y a donc des livraisons. »

Henri Meuneveaux va-t-il se représenter ? « Je n’en sais rien. Il y a peut-être deux candidats, mais il faut du temps avec toutes les réunions que nous avons. » La porte n’est pas fermée. S’il se dit sans étiquette – « on ne fait pas de politique dans un village » – Henri Meuneveaux suit de près la politique locale actuelle. Il nous livre même son sentiment sur le redécoupage des cantons et sur chacun des principaux élus du département. Un sentiment que nous garderons secret. On ne fait pas de politique dans les villages…

Blanot a les honneurs de la presse régionale

Partager cet article

Repost 0
Published by lesamisdelaplaine-blanot21
commenter cet article

commentaires